Archives

Gateau de riz gluant

Su tich Bánh Chưng Bánh Dầy Le gâteau de riz gluant

Su tich Bánh Chưng Bánh Giầy
Le gâteau de riz gluant

Il existe différentes versions sur l’origine de la tradition du gâteau de riz gluant et de sa présence incontournable lors de la célébration du Têt ou des autres fêtes traditionnelles. Histoires du Bánh Chưng et du Bánh Giầy (bánh dầy ou bánh dày)

Le 18ème fils du 6ème roi

Un roi Hùng Hồn Vương (la 6ème dynastie Hồng Bàng) avait 20 fils. Se sentant vieillir, le moment arriva de transmettre le trône. Quand il voulut choisir un successeur il se retrouva fort embarrassé. Lequel de ses enfants devait-il choisir ? Il fallait que le futur roi soit capable de régner avec justice et intelligence. Il décida donc de les convoquer et leurs confia une mission.

Le nouvel an approchait, et le roi demanda à ses enfants de lui ramener les plats les plus succulents et les plus exotiques qu’ils pouvaient trouver. Celui qui réussira à se démarquer des autres sera mon successeur et montera sur le trône.

Les princes se mirent donc en route, avec leurs conseillers et leurs serviteurs, tous accompagné d’une escorte digne de leur rang. Mais le 18ème fils, Lang Liêu (ou Tiết Liêu), orphelin de mère, celle-ci étant décédée à sa naissance, ne possédait aucune fortune, et donc ni conseillers ou serviteurs. Il ne convoitait pas la couronne, il ne s’en sentait pas digne, mais il voulait faire plaisir et répondre au vœu de son père. Il ne possédait ni monture, ni la moindre once d’or lui permettant de voyager et se demandait comment il allait pouvoir faire.

Les jours passaient et Lang Liêu perdait de plus en plus l’espoir d’honorer la demande de son père, c’est alors qu’une nuit un génie lui est apparu en rêve. Il lui tint ce discours : « Je connais ta solitude et le poids de la peine qui pèse sur ton cœur. Et puisqu’au plus profond de toi, tu ne désires ni gloire, ni couronne, mais simplement exaucer le souhait de ton père, je vais t’aider. Pourquoi parcourir le monde à la recherche de mets plus extraordinaires les uns que les autres alors qu’ici se trouve le plus précieux de tous, le riz que cultive et qui nourrit le peuple depuis des temps immémoriaux. Prends du riz gluant, lave-le à l’eau clair et cuis-le à la vapeur. Quand se sera fait, partage le pour en faire deux gâteaux. Le premier sera rond, en hommage à la voute céleste, il rendra grâce aux bienfaits que le Ciel a accordé aux hommes. Le second sera carré, représentera la terre toutes les espèces. Le premier sera fait uniquement de riz gluant bien cuit et bien écrasé, le second sera farci de haricot vert et de viande de porc haché sans oublier l’oignon et le saindoux, un équilibre de gras et de maigre. Enveloppe-les dans des feuilles de bananier bien verte maintenues par de jeune pousse de bambou et fais-les cuire à l’étuvée un jour et une nuit ».

Le génie apparait en rêve à Lang Liêu
Le génie apparait en rêve à Lang Liêu
Lang Liêu prépare le banh chung

A son réveil, Lang Liêu se rappelait le rêve dans tous ses détails. Il était perplexe et alla tout raconter à sa vieille nourrice qui lui répondit simplement : « C’est la voix du Ciel, tu dois lui obéir ». Lang Liêu, encouragé par ces paroles se mit aussitôt à l’ouvrage car c’était précisément le dernier jour du délai accordé par le roi.

Gateau de riz gluant

Au matin, les Princes revenaient de tous les coins, les serviteurs portant des plateaux d’argent chargés de mets inconnus, de fruits exotiques, qui remplissaient le palais tout entier d’odeurs suaves et alléchantes. Lang Liêu restait en arrière avec ses deux malheureux petits gâteaux, personne ne faisait attention à lui. Le roi et ses conseillers commencèrent à gouter les plats les uns après les autres, et plus ils goutaient, plus la perplexité s’installait en eux, car le choix devenait de plus en plus difficile. Bon dernier, Lang Liêu offrit ses gâteaux à son père. Le roi avait toujours eu une attention particulière pour Lang Liêu, car bien que pauvre et orphelin, celui-ci n’était jamais venu pleurer sur son sort et avait toujours agit en homme de bien malgré sa pauvreté, faisant toujours honneur à son titre. Le roi pris une bouchée et aussitôt une saveur exquise envouta son palais, tandis que ses yeux contemplaient avec ravissement la forme des gâteaux car il avait bien sûr, reconnu les formes du Ciel et de la Terre.

Alors il s’exprima : « Mes chers fils, vous avez ravi nos papilles de mille et un délices. Vous nous avez ramené des mets délicieux, mais pouvez-vous nous dire comment vous les préparerez lorsque vous aurez épuisé les légumes les épices, les fruits, les poissons rares que l’on n trouve pas chez nous. Les gâteaux de riz de Lang Liêu ne sont pas seulement exquis, mais ils sont faits de riz, de haricots, de viandes de porc, d’ingrédients que l’on trouve et que l’on trouvera toujours à foison dans notre pays. Et ne pensant pas uniquement au ventre, la forme de ses gâteaux nous rappelle la gratitude que nous devons envers le Ciel et la Terre ».

Le gateau offert au père

Le discours terminé, Lang Liêu s’inclina et remercia son père. Il lui expliqua alors qu’il ne méritait pas de telles paroles et lui raconta son rêve. Et tout à sa surprise, pensant que cette révélation renforcerait le sentiment qu’il n’était pas digne du trône, le roi lui répondit : « Ce rêve est la preuve de la volonté du Ciel, je sais à présent qu’il t’assistera dans ta tâche ».

Avant de faire monter Lang Liêu sur le trône et le nommer le nouveau roi Hùng Hồn Vương, le roi ordonna de faire connaitre les recettes de ces gâteaux à travers tout le pays. Le gâteau rond prit devint le bánh dày, le carré le Bánh Chưng. Depuis, dans tout le Viêt Nam, on les mange lors des grandes fêtes traditionnelles, surtout à la fête du Têt, le nouvel an lunaire.

Cette seconde version commence ainsi ; Le fils du premier roi du Văn Lang qui régnait sous le nom de Hùng Vương avait eu trois épouses. Il s’agirait donc du fils de Hùng Lân et donc de la 3ème dynastie. En effet, Hùng Lân est le premier roi Hùng du Văn Lang, mais les dynasties des rois Hùng commence réellement avec Kinh Dương Vương qui fonde le premier état Vietnamien et la dynastie Hồng Bàng plus connue comme la dynastie Lac.

Les trois frères

Le fils du premier roi du Văn Lang qui régnait sous le nom de Hùng Vương avait eu trois épouses, chacune d’elle lui avait donné un fils. Le fils de la première, Long, épousa Kim, orgueilleuse et jalouse. Le fils de la seconde, Hồ, épousa Ngọc, méchante et acariâtre envers son mari. Le 3ème fils, Lang Liêu, était orphelin et vivait avec sa grand-mère maternelle et s’occupait des travaux des champs et aimait pécher à ses heures de loisirs. La grand-mère l’avait marié à Xuân, une fille du village, sage et laborieuse. Le couple menait une vie modeste mais heureuse.

Un jour, ils ont été convoqués par le roi et durent vendre leurs deux buffles pour organiser leur voyage. Arrivés au palais, ils virent les frères ainés et leurs épouses vêtus d’habits somptueux et parés de bijoux resplendissants. Lang Liêu et Xuân se sentirent gênés et les frères et belles-sœurs ne se génèrent pas pour leurs faire remarquer leur simple apparence, leur reprochant de se présenter ainsi au roi.

Cependant le roi, lui, se montra affectueux et aimant, malgré leur condition de vie, Lang Liêu et Xuân ne se plaignaient jamais et n’étaient jamais venus réclamer une aide quelconque auprès du roi, se suffisant de la vie simple qu’ils menaient. La raison de la convocation était que le roi, après plus de 50 ans de règne, accablé par la vieillesse, voulait céder le trône à l’un de ses enfants, mais il ne savait comment faire le bon choix. Il leur demanda alors que chacun lui prépare un plat, et celui des trois qui aura présenté le plat le plus savoureux obtiendra le titre de roi. Les épouses des deux ainés, confiantes en leur talent culinaire avaient déjà en tête de nombreux et savoureux plats exotiques. Elles rivalisaient d’idées pour faire gagner le trône à leur mari. Mais Lang Liêu et Xuân étaient très inquiets car ils étaient pauvres et ne pouvaient acquérir de mets aussi succulents que ceux des frères.

Lang Liêu voit sa mère lui apparaitre en songe

Une nuit, Lang Liêu vie sa mère lui apparaitre dans un songe. Elle lui dit qu’il serait l’élu du trône. Pour ça, i lui suffisait de préparer deux gâteaux de riz gluant, l’un en forme de carré, le bánh chưng, farci avec de la viande, des fèves et de la graisse, pour symboliser le cœur, mais aussi la Terre, car à l’époque on la croyait plate et carrée. Le second serait de forme ronde sans garniture, il représenterait le Ciel qui était rond. Lang Liêu se réveilla et raconta le rêve à sa femme. Le couple décida de suivre les conseils et confectionnèrent les gâteaux.

Au jour fixé, les épouses de Kim et Ngọc offrir des plats copieux et couteux au roi. Il les apprécia énormément, leurs goûts et leurs saveurs étaient exceptionnels, mais pour autant, il n’y avait rien d’extraordinaire, il avait souvent eu l’occasion de déguster de tels plats. Quant aux gâteaux apportés par Lang Liêu et Xuân, il remarqua tout de suite que leurs formes simples révélaient en fait une signification importante, leurs parfums étaient délicats et la douceur de leurs goûts une caresse pour le palais. Le roi n’avait plus d’hésitation, il savait que Lang Liêu détenait le cœur nécessaire pour gouverner le pays et la sagesse de se souvenir du mérite des parents.

Le roi combla Lang Liêu de louange et fit aussitôt de lui son successeur. Prouvant, une nouvelle fois sa grande générosité, il fit élever ses frères au titre de vicomtes. Depuis ce jour, Lang Liêu confectionna chaque année pour la fête du Têt ces deux gâteaux de riz qu’il disposait sur l’autel de ses parents. Tous les habitants du pays commencèrent à suivre cette habitude qui devint au fil du temps une coutume et le Bánh Chưng une friandise traditionnelle des Vietnamiens pour la fête du Têt.

Le symbolisme dans le Bánh Chưng

La Terre et le Ciel

Comme décrit dans la première version de cette légende, le Bánh Chưng est un gâteau de riz de forme carré, farci de viande de porc et de haricot jaune mungo. La recette peut variée selon les régions du Viêt-Nam. Plus ou moins maigre ou gras, plutôt sucré ou salé. Sa forme carré et aplati représente la terre que l’on croyait à l’époque plate et carré, sa garniture était le symbole de la terre nourricière. Le Banh Day est un gâteau de riz plus simple. La préparation du riz et la cuisson du gâteau est la même que pour le Bánh Chưng, mais il reste nature, sans garniture ni aromatisation autre que celle des cuissons. Sa forme ronde représente le ciel, la rondeur de la voute céleste, mais aussi la fécondité.

Âm Dương Đạo

Le Bánh Chưng est aussi un symbole du Âm Dương Đạo et des cinq éléments, car on retrouve dans sa confection et la disposition de ses ingrédients le cycle des cinq éléments. Au centre se trouve la viande et sa couleur rouge symbole du feu, entouré de la pâte des haricot mungo et la couleur jaune, symbole de la terre. Le tout est enveloppé du riz gluant, sa couleur blanche est associée au métal, ce riz qui a été cuit dans l’eau. Et pour finir la feuille de bananier qui symbolise, par sa couleur et son origine, le bois

Am duong dao et les 5 éléments

La cuisine du Bánh Chưng à travers le Viêt-Nam

La préparation du Bánh Chưng peux varier du nord au sud du Viêt-Nam.

Vous pouvez retrouver un excellent article sur la préparation du Bánh Chưng et toutes ses variantes régionales sur le site culinaire de Miss Tâm : misstamkitchnette

Ingrédients (4 à 6 personnes) :
  • 1 kg de riz gluant

  • sel

  • poivre noir

  • 500 g de haricots jaunes mungo

  • 200 g de poitrine de porc, coupée en gros morceaux

  • 1/2 cuillère à soupe de sucre

  • 1 louche de nuoc mam

  • 4 feuilles de bananier

Préparation :
  • Laver le riz à l’eau froide. Plonger le dans un grand saladier couvert d’eau. Laisser le tremper une nuit.
  • Le lendemain, couper la poitrine de porc en morceaux de 4 à 5 cm environ. Assaisonner la viande en y ajoutant la louche de nuoc mam, le sucre, un peu de sel et de poivre. Mélanger et mettre au frais.
  • Faire tremper durant 2 heures les haricots mungo jaunes. Les cuire ensuite à la vapeur durant 15 minutes puis les réduire en purée. Ajouter du sel et du poivre noir.
  • Prendre 4 feuilles de bananier et les poser à plat Verser une moitié du riz gluant égoutté et étendre la pâte ainsi obtenue de manière égale. Étendre en une couche égale la purée de haricots mung. Ajouter un morceau de poitrine de porc au centre de la purée de haricots mung. Verser la moitié restante de riz gluant. Plier avec soin les feuilles de bananier et nouer la ficelle de manière solide.
  • Faire cuire l’ensemble dans de l’eau bouillante pendant au moins 5 heures
Lac Long Quan et Au Co

Lạc Long Quân et Âu Cơ – La légende de la naissance des peuples du Viêt Nam

Lạc Long Quân et Âu Cơ

La légende de la naissance des peuples du Viêt Nam

Le Prince Lạc Long Quân est le héros de nombreuses légendes du Viêt Nam. Il est le fis de Long Mẫu Thần Long (Long Nữ), Déesse Divine Dragon des Eau, fille de Thân Long, Động Đình Quân (Seigneur de Dongting) le Roi Dragon du royaume des eaux. Et de Lộc Tục, le Roi Kinh Dương Vương, fondateur de la 1ère patrie des Viêt, fils de Đế Minh, l’empereur Minh (mythologie sino-vietnamienne) arrière-arrière-petit-fils de Shennong (Thần Nông en Vietnamien) et de Vụ Tiên Nữ (la déesse Vu).

Lac Long Quan
Lạc Long Quân - Oeuvre originale Bitt's Art - Artstation

Shénnóng

Un des trois Augustes. Inventeur de la houe et de l’araire. Il fait la découverte du thé et des vertus médicinales des plantes. Son nom “Agriculteur divin” fait de lui un dieu dans le monde agricole. Il est le patron des pharmaciens et des médecins.

Après avoir vaincu les démons qui terrorisaient le pays, les habitants du Xích Quỷ construisirent une forteresse en l’honneur de Lạc Long Quân, mais celui-ci préféra retourner dans le palais de sa mère au royaume des Dragon des eaux.

Ngư Tinh

Peinture illustrant la scène de Lạc Long Quân détruisant Ngư tinh

Hồ ly tinh

Mộc Tinh

Xuong Cuong

Son peuple vivait alors paisiblement sans crainte ni peur.

Quand le roi du nord fut informé que ce petit pays qui bordait ses frontières du sud vivait sans roi ni armée pour le protéger, il décida de l’envahir. Le royaume du Xích Quỷ se retrouva sous l’autorité de Đế Lai, un homme autoritaire et méchant. Ne pouvant plus supporter l’autorité de ce nouveau souverain, les habitants finirent par implorer le retour de Lạc Long Quân. Celui-ci répondit à l’appel et accouru immédiatement au secours de son peuple.

Đế Ly où Đế Lai

Si on reprend l’histoire du Xích Quỷ, le roi Đế Minh voulait que Lộc Tục soit l’héritier de son royaume, mais Lộc Tục qui était un homme sage et respectueux, ne voulut pas prendre le droit d’ainesse, la succession revenant de plein droit à son frère ainé Đế Nghi (Đế Trực). Đế Minh respecta la décision de Lộc Tục et lui donna une petite province du sud, toutes les autres régions revenant à Đế Nghi. Et Đế Lai n’est autre que le fils de Đế Nghi.

Sur le chemin, il rencontra la plus belle et la plus charmante des Princesses. Ce n’était autre que la Princesse Âu Cơ, la fille du tyrannique envahisseur. Le coup de foudre fut immédiat et réciproque, comme s’ils étaient nés pour s’aimer. Âu Cơ demanda à son Prince de l’aider à fuir la tyrannie de son père.
Le Prince accepta et emmena sa Princesse dans la forteresse des montagnes que jadis les habitants lui avaient construit pour lutter contre les démons. Furieux, le souverain envoya ses troupes à leur poursuite, mais Lạc Long Quân les écrasa victorieusement. Epouvanté à son tour, le souverain décida de retourner dans ses terres du Nord.
Les deux amoureux vécurent de grands moments de bonheur. Si bien qu’un jour, la Princesse accoucha, mais non pas d’un fils que l’on attendait, mais d’un sac de peau contenant 100 œufs, qui étant éclos, produisirent autant de Princes, au bout de 6 jours ils étaient déjà de beaux garçons qui ont grandi rapidement pour devenir des jeunes hommes aussi forts qu’intelligents.

Âu Cơ

Selon la légende la plus populaire, Âu Cơ est la fille de Đế Lai, donc une cousine de Lạc Long Quân. Mais le terme Âu Cơ désigne plus souvent un titre, et ferait référence à une maitresse ou concubine. Mais on lui attribue généralement une filiation avec Shennong. Dans une autre version de cette légende, Đế Lai aurait laissé sa concubine le temps de parcourir ses nouveaux territoires. C’est pendant cette absence que Âu Cơ  aurait rencontré Lạc Long Quân.

Lac Long Quan et Au Co

Lạc Long Quân était nostalgique de son pays des Eaux et Au Co de ses montagnes. Ils décidèrent qu’ils devaient se séparer. Le Roi se retira au Royaume des Eaux avec 50 de ses enfants, laissant les 50 autres à la Reine qui se retira dans les montagnes.

Lac Long Quan, Au Co et leurs 100 enfants

Les 50 Princes qui avaient suivi le Roi devinrent les ancêtres des Kinhs, ou Viets. Les 50 Princes partis avec leur mère dans les montagnes devinrent les ancêtres de tous les peuples qui vivent de nos jours dans ces lieux de montagnes et de hauts plateaux. L’ainé, Hi Wong, a été proclamé roi sous le nom de Hung et le fondateur de la 1ère dynastie, il a bâti sa capitale à Phong Chau. Il prit la direction du Royaume. Ses descendants en droite ligne, lui succédèrent jusqu’à la dix-huitième génération.

Autres versions

Il existe de nombreuses versions de cette légende, mais dans chacune d’elles, Âu Cơ accouche d’un sac contenant 100 œufs, desquels naissent 100 fils qui deviennent des adultes fort et vigoureux en peu de temps. Dans chaque version, Lạc Long Quân et Âu Cơ se séparent, elle pour retourner dans ses montagnes, lui au royaume de la mer. Le fils ainé devient le nouveau roi, bâti sa capitale à Phong Chau et renomme le pays le Văn Lang.

Le Dragon et la Fée

Dans cette version, Âu Cơ est une fée, fille d’un dieu de la montagne. Elle parcourt les 4 directions pour aider et soigner les personnes malades ou en difficulté. Un jour qu’un monstre lui fait peur, elle cherche à s’échapper en s’envolant métamorphosée en phénix. Lạc Long Quân, le roi Dragon de la mer, la voit en danger, attrape la pierre, et tue le monstre. L’amour s’est épanouie entre les deux et ils se sont mariés.

Dans une autre version, on raconte que Lạc Long Quân venait en aide à tous ceux qui l’imploraient. Mais un jour, un grand fléau est apparu, que Lạc Long Quân ne parvint à guérir. C’est alors que la fée Âu Cơ est descendue de la montagne pour venir en aide à Lạc Long Quân et guérir son peuple de la maladie. Elle parcouru le pays aux quatre coins. Un jour, apeurée par un monstre, elle tenta de lui échapper en se métamorphosant en grue. Lạc Long Quân, le roi Dragon, ressenti sa peur, accouru face au danger, et tua le monstre avec la pierre. L’amour s’est épanouie entre les deux et ils se sont mariés.

Pour chacune de ses légendes, la suite reste identique, Âu Cơ accouche d’un sac contenant 100 œufs, et Lạc Long Quân et Âu Cơ finissent par se séparer, gardant chacun 50 enfants avec lui

L'oiseau et l'œuf de fée

Dans cette légende, c’est un oiseau Dieu, appelé Lạc Đà, qui un jour a rendu visite à Lộc Tục. Il venait offrir un cadeau à chacun de ses 8 fils. L’ainé, Âu Long Quân, reçu en cadeau un de ses œufs. Il lui précisa que le jour de son éclosion, la première personne que verrait sa fille sera son mari. Mais au moment de repartir, l’épouse de Lộc Tục mis au monde un 9ème garçon, Sùng Lãm. Lạc Đà, qui n’avait prévu que 8 présents, n’eut d’autre choix que de donner un nom à l’enfant. Depuis lors, Sùng Lãm s’appelle  Lạc Long Quân. 

Bien des années plus tard, Lộc Tục décéda, et sa succession provoqua la division du pays des “Diables rouge”, le Xích Quỷ. Les guerres entre héritiers étaient permanentes. Âu Long Quân gardait toujours sont précieux oeuf près de lui, ne le quittant pas d’un demi pas, il l’avait prénommé Âu Cơ. Âu Long Quân avait remarqué un territoire dans le sud qui n’avait pas, ou ne semblait pas avoir de propriétaire, il s’empressa de rassembler son armée et envahir cette région. Harceler, souffrant de la présence des nordistes, les gens du sud, ne pouvait plus vivre en paix, implorèrent leur roi de venir les secourir. Ce roi n’était autre que Lạc Long Quân. Celui-ci accouru aussitôt au secours de son peuple. L’armée d’Âu Long Quân fut rapidement mise en déroute, et, lors de sa fuite, ce dernier laissa échapper l’œuf qui se brisa au sol révélant une petite fille à l’intérieur. La première personne que vie la petite fille fut Lạc Long Quân. Âu Long Quân, brisé par la défaite et la perte de sa bien-aimée, mourut très rapidement. Âu Cơ devient rapidement une femme d’une magnifique beauté, emplie de compassion, douée pour la médecine, elle suit Lạc Long Quân aux quatre coins du pays afin de l’aider à guérir les gens et relever le pays. 

Puis, une fois la paix rétablit et le peuple ayant enfin retrouvé sa liberté, Lạc Long Quân et Âu Cơ se marièrent. Âu Cơ donna naissance à un sac contenant 100 œufs, qui, éclos, donnèrent une centaine d’enfants. Ils vécurent heureux ensemble de nombreuses années, mais un jour ils se dirent, “Je suis un Dragon, je suis une fée, nous ne pouvons pas vivre éternellement ensemble. Alors séparons nous, et emmenons chacun avec nous 50 de nos enfants”

Âu Cơ et ses cinquante enfants partir s’installer à Phong Châu et se soumirent et honorèrent le fils ainé qui devint Hùng Vương et rebaptisa le pays Văn Lang. Limitrophe de Nam Hải à l’est (la mer de l’est plus connu sous le nom de mer de Chine méridionale), le Ba Thục, à l’ouest (le Sichuan province du sud-ouest de la chine), le Động Đình au nord (le lac Dongting) et le Hồ Tôn au sud (aujourd’hui le Chiem Thanh, l’ancien royaume Champa). Le royaume est divisé en quinze provinces, chaque enfant est nommé gouverneur ou général. Le fils du roi sera appelé Quan Lang, la fille du roi Mỵ Nương.

Lạc Long Quân et ses cinquante enfants prirent la direction de Nam Hải, la mer de l’est. Arrivant au pays de Bình Đà (commune de Bình Minh, district de Thanh Oai, ville de Hà Nội), non loin de la mer et d’immenses fleuves, Lạc Long Quân demanda à ses enfants de s’y arrêter pour dresser le campement et allumer le feu pour cuisiner. En se promenant dans la région, il vit que la terre était riche et la faune et la flore fertile. Lạc Long Quân décida d’y établir son nouveau lieu de résidence et celui de sa descendance. Les terres étaient en friches, et la population locale vivait très simplement. Lạc Long Quân et ses enfants leurs apprirent à cultiver les mûres, élever les vers à soie, tisser les étoffes, chasser les animaux sauvages. Bientôt la zone côtière était reconquise, les friches cultivées, les mauvaises herbes anéanties Les habitants avaient retrouvé la quiétude d’une vie paisible et d’une abondante richesse. Les villages s’agrandissaient et les frontières s’étendaient jusque sur la mer, formant la première grande civilisation du Đồng bằng sông Hồng  (le delta du fleuve rouge) Les habitants des zones côtières vivaient de la pêche, souvent ils revenaient blessés par le Thuồng luồng  ou giao long en sino-vietnamien. Alors ils demandèrent à Lạc Long Quân  d’intervenir. Celui-ci leurs conseilla de se dessiner sur le corps des représentations des monstres marins afin que ceux vivant dans les eaux croient voir un des leurs et les laissent tranquilles. Depuis ce jour, les pêcheurs Vietnamiens n’ont plus été attaqués et c’est ainsi que débuta la tradition du tatouage des Bách Việt.

Un jour, vers la fin du premier mois lunaire (environ fin février) le ciel est devenu orageux, le tonnerre a grondé, les éclairs déchirant les cieux, alors,  Lạc Long Quân, le Père de tous est apparu vêtu de ses plus beaux atours et, admirant d’un regard aimant ses descendants et tous ceux qu’il avait aidé et qui l’avaient suivi, se transforma en nuit. Le peuple a éprouvé une grande peine, et pour honorer leur Père, le Roi et les villageois lui offrir des funérailles solennelles. Il fut enterré sur le monticule le plus haut de la région, et un temple fut érigé au-dessus, c’est le temple de Nội Bình Đà à  Bình Minh, District de Thanh Oai.

Đền Mẫu Âu Cơ, le temple de la Mère Âu Cơ , a été construit vers la fin de la dynastie Lê supérieur, 1427-1527. Il est situé dans la commune de  Hiền Lương, district de Hạ Hòa, province de Phú Thọ.

Carte des temples de la dynastie Hung
Les principaux sites des temples dédiés aux personnages de l'origine de la dynastie Hùng
Hồ ly tinh le renard à neuf queues

Hồ ly tinh – Le démon renard à 9 queues

Contes et légendes

A l’époque de Lạc Long Quân, les monstres et les démons étaient nombreux. Ils apparaissaient souvent pour harceler les habitants.

Les Hồ Li Tinh en vietnamien, ou Hu Li Jing en chinois, sont des démons renard, souvent traduit esprit renard en occident. Il existe de nombreuses légendes, bonnes ou mauvaises à leurs sujets. Mais ils sont généralement espiègles, lubriques, avec un sens moral ambigüe. D’apparence normale à leur naissance, ils peuvent vivre éternellement. S’ils vivent cent ans, ils auront 3 queues, s’ils vivent 1000 ans, ils auront 6 queues. Pour atteindre le stade des 9 queues il doivent prendre forme humaine. Pour pouvoir les tuer, il faudra alors leurs couper les 9 queues, chacune représentant une vie. Se sont en général les femelles qui se transforment. Elles prennent l’apparence d’un être séducteur, extrêmement beau et intelligent. Elles prennent en majeur partie l’apparence d’une femme utilisant leur beauté pour attirer les hommes pour leur sucer leur sang et leur âme ou simplement les torturer et finir par s’en repaitre. Mais parfois elles choisissent d’apparaitre en homme. Elles s’amusent aussi à prendre l’apparence de personne qu’elles croisent en jouant des tours afin de tromper et pousser les gens entre eux à la querelle, à se suspecter les uns les autres et se détester.  Malgré tout, quelques fois, Hồ Li Tinh fait le bien, mais dans sa forme simple, avant qu’il n’atteigne le stade des neuf queues. Les Hồ Li Tinh vivent dans des grottes profondes et froides.

Hồ ly tinh -L'esprit démon du renard à neuf queues

Ils existent nombre de légende de Hồ Ly Tinh, nous verront ici les principales

Hồ ly tinh le renard à neuf queues

La deuxième bataille de Lạc Long Quân

Le deuxième monstre que Lạc Long Quân a affronté fut un démon renard à neuf queues, un Hồ Ly Tinh.

Le Hồ Ly Tinh vivait dans une immense grotte sous une montagne de la région de Long Biên, à l’ouest de là où se trouve Hanoï aujourd’hui. Pendant plus de 1000 ans, ce démon avait attiré les gens dans sa grotte, où il les torturait et les mangeait.Lac Long Quan La population avait fini par fuir la région tellement la bête leur faisait peur.
Ulcéré par la disparation de ses proies, le Hồ Ly Tinh s’éloigna de son antre à la recherche de nouvelles victimes jusqu’à la région de Tàn Viên, ou vivait à cette époque une tribu Màn. Le peuple qui vivait ici avait une vie heureuse et paisible, il avait appris à maitriser la culture du riz et le tissage. Ils avaient pris l’habitude de se vêtir tout de blanc, de sorte que les ethnies aux alentours leurs avaient données le nom de Mán áo trắng. Le Hồ Ly Tinh se transforma aussitôt en une magnifique jeune femme séduisant les jeunes hommes pour les emmener dans sa grotte.

Lạc Long Quân, finissant par entendre parler des agissements de ce démon, se rendit immédiatement au repaire du Hồ Ly Tinh pour le combattre.  L’affrontement fut terrible et dura plusieurs jours, Lạc Long Quân et le Hồ Ly Tinh usant chacun de leur magie la plus puissante.Lac Long Quan terrassant Ho Ly Tinh Mais le démon se rendait compte que le roi dragon était plus puissant que lui, il bondit alors vers le ciel pour prendre sa forme originelle et bondir sur son ennemi, mais Lạc Long Quân terrassa aussitôt la bête et emmena sa dépouille en haut de la montagne. Lạc Long Quân libéra les malheureux encore prisonniers dans la grotte, puis détourna les eaux de la rivière pour l’inonder. L’eau tourbillonna pendant des jours, tellement la grotte était vaste, mais elle finit par arracher les flancs de la montagne pour ne laisser qu’un grand lac, scintillant, le Thây Cáo (Thi hồ trạch), aujourd’hui appelé lac de l’ouest.

Lê Lợi et la légende de Hộ Quốc Hồ Phu Nhân

Pour autant que les Hồ ly tinh soient souvent présentés comme des démons perfides, sournois et se nourrissant des hommes, et que la légende de Lạc Long Quân soit la plus populaire, il existe nombre d’histoire où le Hồ ly tinh est apparu pour faire le bien et sauver des hommes.

Hồ ly phu nhân

Comment Lê Thái Tổ est sauvé par un renard blanc

L’armée des Lam Son, après de nombreuses batailles, se retrouva battue par l’armée des Ming. Abandonné par ses soldats et par ses Généraux, Lê Lợi couru trouver refuge dans la forêt la plus proche.  C’est en chemin qu’il aperçut, flottant dans la rivière, le corps d’une jeune femme tout de blanc vêtu.Hộ Il ne put se résigner à laisser cette pauvre fille disparaitre dans les eaux du fleuve, son corps à la merci des animaux. Il la repêcha, et lui creusa une tombe avec son épée pour procéder à en enterrement décent. Entre temps l’armée Ming l’avait presque rattrapé. Lê Lợi sauta dans un buisson d’épines très épais tout en priant la jeune femme de le protéger.

L’armée Ming comptait dans ses rangs des chiens de chasses, fins limiers. Quand l’un d’eux arriva devant le buisson où s’était réfugié Lê Lợi, il se mit à aboyer fortement.Hộ quốc phu nhân Les soldats n’étaient pas très téméraires pour pénétrer dans un buisson d’épines aussi denses, mais l’idée de l’honneur qu’ils recevraient s’ils ramenaient le roi prisonnier incita l’un deux à fouiller profondément le buisson à l’aide de sa lance. Lê Lợi se recroquevilla autant que possible au fond de sa cachette, mais la pointe de la lance finit par entailler sa cuisse. Il résista de crier sous la douleur, mais la pointe de la lance était couverte de son sang. Quand il retira sa lance du buisson, le soldat était ivre de joie et s’apprêtait à vaincre sa peur des épines face à la gloire qui l’attendait. C’est alors que bondit hors du buisson un magnifique renard blanc avec une pointe de rouge sur son flanc attirant derrière lui la meute des limiers. Le soldat vu aussitôt sa joie retomber et se transformer en colère contre le pauvre chien. Pensant qu’ils étaient sur une fausse piste et croyant que le roi s’était échappé, les soldats quittèrent le bois et le roi fut sauvé. Croyant que c’était l’âme de la femme qu’il venait d’enterrer qui l’avait sauvé sous l’apparence du renard, Lê Lợi pria sur sa tombe lui promettant qu’elle en serait grandement remerciée.

Lors de son couronnement,  Lê Thái Tổ se souvint de cette femme et ordonna la construction d’un temple en son honneur et fit de la fille sans nom la protectrice de la nation, Hộ quốc phu nhân, ou la princesse renard.

Ngu Tinh le poison démon

Ngư Tinh, le poisson monstre

Contes et légendes

A l’époque de Lạc Long Quân, les monstres et les démons étaient nombreux. Ils apparaissaient souvent pour harceler les habitants.

Dans la mer de l’est, vivait, depuis des centaines d’années, un énorme poisson, un monstre géant, appelé Ngư tinh. Sa nourriture préférée était les humains, quand les bateaux de pêche s’aventuraient dans les eaux de son golfe, il engloutissait toujours les plus gros et se régalait des pauvres pêcheurs à leurs bords. Tous ceux qui devaient prendre la mer avaient très peur de lui.

Ngư tinh avalant un navire

Il existe différentes versions de cette légende.

Peinture illustrant la scène de Lạc Long Quân détruisant Ngư tinh
Peinture illustrant la scène de Lạc Long Quân détruisant Ngư tinh

Quand Lạc Long Quân entendit parler de Ngư tinh, il décida de l’exterminer

Dans cette version, il demanda aux meilleurs artisans de lui fabriquer un énorme bateau et, armé d’un trident, il partit à la recherche Ngư tinh. Quand le monstre vit le bateau il ouvrit grand la gueule pour l’engloutir, alors Lạc Long Quân, utilisant toutes ses forces, enfonça le trident dans la bouche du poisson. Celui-ci, surpris par la douleur, s’agita dans tout les sens pour essayer de se débarrasser du trident, mais Lạc Long Quând l’avait tellement bien enfoncé que rien n’y fit et le Ngư tinh mourut bientôt. Lac Long Quân coupa la tête de Ngư tinh avec son épée et mis ainsi fin aux siècles de terreur vécus par les habitants de la côte.

Lạc Long Quân enfonçant le trident la l bouche de Ngư tinh

Dans cette autre, il construisit un énorme navire et modela un morceau de métal à forme humaine. Tenant la forme humaine à l’acier rougit à très haute température à l’avant du navire pour tromper Ngư tinh, il prit la direction de son antre.

Voyant le navire arriver au loin et voyant se dessiner une forme humaine à l’avant de celui-ci, Ngư tinh se précipita dessus en ouvrant sa bouche aussi grande que possible. Aussitôt il sentit la chaleur de l’acier chauffé à blanc, mais il n’eut pas le temps de relâcher sa proie, Lạc Long Quân avait déjà jeté le morceau de métal au fond de la gueule de la bête. Le monstre se débattait, essayant de couler le bateau, Lạc Long Quân a alors sorti son épée et tua la bête en le coupant en trois morceaux

Lạc Long Quân terrassant Ngư tinh

Dans ce temps-là, les bateaux avaient généralement deux yeux peints sur les flancs de la poupe et les pêcheurs arboraient des tatouages symbolisant des animaux féroces censé effrayer les animaux marins qu’ils croisaient.

Une autre raconte que le combat entre Lạc Long Quân et Ngư tinh dura 3 jours et 3 nuits. Après lui avoir enfoncé le fer brulant au fond de la gorge, Lạc Long Quân descendit de son bateau pour combattre Ngư tinh l’épée à la main. Le champ de bataille s’étendait du nord au sud, mais les gens ordinaires ne voyaient que le déchainement d’une tempête où la mer roulait et se projetait dans tous les sens. Ngư tinh, fatigué, tenta de fuir, mais Lạc Long Quân le pourchassa, et lui trancha le corps en trois parties.

Ngư tinh ne serait pas un seul monstre. Son nom signifie poisson monstre ou esprit poisson. D’autres espèces, comme des poissons ressemblant à des crocodiles, ou encore à des serpents entre dans la légende de Ngư tinh.

Ce sont des Youkai, des esprits, démons, monstres de l’Asie de l’Est (chine, japon) ils peuvent prendre une apparence humaine pour attirer leurs proies, des caractéristiques que l’on retrouve dans certaines versions de la légende de Ngư tinh.

La maîtrise du pêcheur de monstre

Cependant, un point reste commun à chaque version de la légende. Ngư tinh est découpé en trois parties. Sa tête s’est transformée en une montagne, Núi Đầu Chó (Cẩu Đầu Sơn), la queue écorchée et mise à sécher sur une montagne est devenu l’ile de Bạch Long Vĩ, la plage du Dragon Blanc, le corps quant à lui à dérivé vers Mạn Cầu, pour devenir Mạn Cầu Thủy ou Cẩu Đầu Thủy.

Lạc Long Quân après avoir découpé Ngư tinh en trois