Le style Minh Long

L’école Minh Long trouve son origine au 13ème siècle au « Nord Vietnam ». Le Maître fondateur Tran Minh Long est issu d’une lignée de Grands Maîtres connus sous le nom de disciple Hoàng « jaune littéral ».

Logo officiel Mon Phaï Minh Long

Son histoire est intimement liée au développement du Bouddhisme dans ce pays. Introduit dès le début de l’ère chrétienne par des navigateurs indiens, ce n’est qu’au Xème siècle, au moment de la libération de l’occupation chinoise, que l’École Thien (ou Zen pour les Japonais) prend son essor. Contrairement à ce qui se pratique en Chine (et en particulier dans le fameux Temple de Shaolin) l’organisation des Temples n’inclue pas obligatoirement l’enseignement des arts martiaux.

Cet enseignement est cependant systématiquement prodigué aux moines-gardes et aux missionnaires (les routes de l’époque étant fort peu sûres). C’est à cette époque que de nombreuses Écoles d’arts martiaux se structurent.

Au XIVème siècle, le changement dynastique et l’adoption du Confucianisme comme doctrine officielle de l’État entraîne la persécution du bouddhisme Thien. De plus, les écoles d’arts martiaux qui lui sont liées, sont considérées comme dangereuses par le pouvoir et interdites. Les disciples se dispersent alors dans tout le pays, fuyant les persécutions. Cet épisode marque le début d’une nouvelle pratique, clandestine celle-là.

Cependant, bien que séparés, les anciens disciples s’organisent néanmoins en sociétés secrètes, et adoptent le nom générique de Hoàng (qui signifie jaune). Ces diverses Écoles Hoàng perpétuent l’enseignement martial jusqu’à nos jours. Le style Minh Long est directement issu des Hoàng de la ville de Lang-Son dans le nord du Vietnam.

Maître Tran Minh Long

 Le Maître Tran Minh Long est le disciple du Maitre Hoang, qui est un Maître de Vo Thuat nord Viêt-Nam. En 1947, il enseigne avec son cousin le Maître Nguyen Loc, fondateur du style Vovinam-Viet Vo Dao.

Arrivé en France en 1962, il fonde son style : le « Minh Long ».

La transmission technique, les connaissances et le savoir du Maître ont permis à l’école Minh Long d’être une des rares école à enseigner dans la plus pure tradition avec un programme technique riche et unique. Maître Tran Minh Long a laissé de nombreux documents et c’est avec l’aide de grands Maîtres tel que Maître Nguyen Dan Phu, que Frédéric MARION a pu persévérer dans la tradition Minh Long.

Maître Louis Marion

            Suite à son décès en 1977, c’est son disciple et ami Maitre « Hoang Minh Duc » – Louis MARION qui a été nommé par le grand Maître Nguyen Dan Phu en tant que « Successeur de l’Ecole Minh Long ». L’engagement de Maître Louis MARION est déterminant pour l’avenir de l’école.

            Au côté de Maître Louis MARION, les disciples directs de Maître Tran Minh Long contribuent à la sauvegarde de l’école :

  • Maître « Hoang Minh Dao » Frédéric MARION,
  • Maître « Hoang Minh Ho » Francis MINEAU,
  • Maître « Hoang Minh Manh » Olivier MARION.

            C’est de son vivant, en 1997 que Maître Louis MARION demande à son fils Frédéric Marion, de reprendre le flambeau et le nomme « Responsable Technique ».

Maître Frédéric Marion

                    En 2013, il le nomme officiellement « Successeur de l’Ecole Minh Long ». Respectant ainsi la volonté du Maître Fondateur Tran Minh Long qui avait demandé à son disciple et ami Louis MARION de faire le nécessaire pour qu’un jour son jeune fils Frédéric soit digne de diriger l’école. Maître Louis MARION a tenu ses promesses, il a soutenu son fils pour qu’il ne recule jamais devant le travail et les difficultés pour qu’un jour l’Ecole Minh Long trouve ses lettres de noblesse.

                          Maître Tran Minh Long a été le lien entre le Vietnam et la France et Maître Frédéric Marion est maintenant le lien entre la France et le Vietnam

            Maître « Hoang Minh Dao » Frédéric MARION est l’un des disciples directs du Maître Fondateur Tran Emile Jeanne Rose – « Tran Minh long » et le fils du Maître Patriarche Louis MARION « Hoang Minh Duc » disciple direct de Maître Tran Minh Long.